top
logo


I Primi Scontri Culturali Pasquale Paoli PDF Imprimer Envoyer

 

 L'Unione Corsa reçoit à nouveau Canta U Populu Cantu !
 
 
 Quelques organisateurs la veille du concert au Palais des Congrès
 
 
 D'autres... sous la protection de Pasquale Paoli face à l'exposition relatant la carrière du groupe Canta U Populu Corsu
 
 
 Réception & billeterie : Charme, sourire et... le "V" de la victoire
 

Répétition avant la messe...
 
 
 ...qui devait rassembler un grand nombre de fidèles
 
 
Après la messe, des membres de l'Unione Corsa s'affairant à la préparation du Spuntinu.
 

...qui devait avoir un grand succès ! La surprise du jour... à la suite d'une alerte à la bombe et d'une évacuation sur le parvis du Palais, les Corses répondront à la provocation par un vibrant Dio Vi Salvi Regina !
 
 
 Jean Magni en présence de M. Seither, adjoint au maire d'Antibes, remerciant le public d'être à nouveau présent.
 
 
 L'Unione Oru remis à la famille Astre et au groupe Canta !
 

 Un public nombreux pour un concert de qualité
 

 Des chanteurs inspirés, une foule électrisée
 
 
 Jeannot Magni chantant Compagnero avant le final...
 
 
 Magique ! Tout le monde était sur scène !
 

Nice-Matin - Lundi 9 décembre 2002

Corse: le rassemblent identitaire

Les premières Rencontres Culturelles de l'Unione Corsa, hier au Palais des Congrès, auront été celles de l'affirmationd'une spécificité insulaire. Malgré une alerte à la bombe …

Le rassemblement se voulait identitaire. Il l'aura été au-delà des voeux de l'Unione corsa qui organisait hier au Palais des congrès ses premières " Rencontres culturelles ". En espérant probablement perturber la manifestation, un " mauvais plaisantin ", a lancé une fausse alerte à la bombe. L'appel est parvenu au commissariat d'Antibes à 14h30. Au téléphone, un anonyme "à l'accent corse".

Une demi-heure plus tard. le commissaire de garde Régis Dufaut et l'adjoint André-Luc Seither faisaient évacuer le Palais, ses 600 spectateurs et son annexe qui accueillait 250 enfants pour le Noël de Carrefour. Pendant que les locaux étaient inspectés par les forces de l'ordre, une scène surréaliste se produisait sur le parvis.

Un discours très affirmé

Autour des organisateurs, une partie du public improvisait le Dio vi salve regina, l'hymne corse. Comme un pied de nez à la provocation. Un réflexe identitaire à l'agression. Et un préambule tout trouvé au discours très affirmé de Jeannot Magni qui allait suivre avec une heure de retard.

Le président de l' Unione s'est inspiré de celui qui a donné son nom à ces Rencontres culturelles, le très emblématique leader nationaliste historique Pascal Paoli: " nous ne sommes ni anti- français, ni anti-rien, ni racistes, ni fascistes. (...) Dans la déclaration des Droits de l'homme inspirée de Paoli il y a un article qui proclame le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, Il faudra peut être y penser un jour pour le peuple corse ".

Ce discours venait en point d'orgue de la journée qui avait débuté avec une messe polyphonique célébrée par le père Robert Stacik. Suivie de l'incontournable spuntinu a l'usu corsu, le casse-croûte de charcuteries, fromages et vins.

Bien que légèrement perturbé, l'après-midi fut celui de l'émotion. Après une remise de prix à une famille antiboise, les Astre, pour " leur dévouement " et au groupe Canta u populu corsu, celui-ci a offert sur la grande scène un formidable concert de polyphonies. Encore une manière d'affirmer l'identité de la Corse.

F. M.

 

 

bottom

Animé par Joomla!. Designed by: Free Joomla 1.5 Theme, web hosting. Valid XHTML and CSS.